L’album de boue, Sébastien Lafleur

« Je t’ai parlé d’esprits omniscients / Je t’ai parlé d’immortalité / Je t’ai parlé d’aller dans l’espace / Dans un vaisseau plat / En première classe », chante délicatement Sébastien Lafleur à sa Dahlia, personnage récurrent de cet addictif album concept où la chanson, élégamment écrite, sur de douces orchestrations pop-prog-rock enrobées d’ondes Martenot, de vibraphone et de thérémine, faisant entrer ses compositions dans une autre dimension. Quinze ans déjà que l’auteur-compositeur-interprète Sébastien Lafleur poursuit son œuvre de chanson impressionniste, et L’album de boue, son quatrième, représente en quelque sorte l’aboutissement de sa démarche, à la fois accueillante et inventive, parfois même audacieuse. Entouré de collaborateurs de calibre (Navet Confit, David Bujold de FUUDGE, Sheenah Ko aux claviers, entre autres), Lafleur signe ici un disque contemplatif, précieux et volage, rappelant autant la pop joviale de Joe Dassin (Le marécage) que les visions exploratoires de Gérard Manset — en plus léger, tout de même. Écoutez Ma tronche

 

L’album de boue

★★★★
​Chanson

Sébastien Lafleur, Quartier général

À voir en vidéo