Carnage, Nick Cave & Warren Ellis

Nick Cave et son vieux complice Warren Ellis n’avaient pas encore offert d’album en duo, ce qui aura été enfin rendu possible par la force des choses, la distanciation sociale ne favorisant pas les retrouvailles en studio avec tous les membres des Bad Seeds. Carnage est tout de même dans la continuité des brillants Skeleton Tree (2016) et Ghosteen (2019), dernièrement conçus avec l’orchestre, avec ses langoureuses complaintes évoquant nos vies pandémiques (« We won’t get to anywhere, darling / Anytime this year / We won’t get to anywhere, darling / Unless I dream you there », chante-t-il sur la délicate Albuquerque). Après avoir chanté le deuil sur l’immense Ghosteen, le poète Cave devient aujourd’hui chroniqueur des temps modernes (le groove grave de White Elephant revient sur l’émergence de Black Lives Matter), appuyé par les orchestrations d’Ellis tissées de discrets instruments synthétiques et de cordes, envoûtantes et sublimes sur Lavender Fields et Carnage. Un autre disque fameux de l’Australien et de son collègue, jamais à court d’inspiration. Écoutez Hand of God

 

Carnage

★★★★
​Expérimental

Nick Cave & Warren Ellis, Goliath Records