OMG, Laurence Nerbonne

Entre OMG, le troisième album de Laurence Nerbonne, et son précédent Feu (2019), la qualité des productions instrumentales de la compositrice et réalisatrice a fait un bond de géant. En explorant le latin trap et le reggaeton, sur Puerto Rico et Kawasaki respectivement, Nerbonne vise dans le mille, trouvant le bon équilibre entre l’attitude rap et les prétentions pop, et se montre particulièrement inspirée lorsque ses ambiances trap deviennent plus feutrées, sur les réussies Friendzone, Alright et surtout High. En contrepartie, son identité devient plus floue quand l’interprète joue sur différents registres. La rappeuse a de la prestance sur la chanson titre de l’album et sur Queens, où les textes ont plus de poids et une résonance avec l’actualité, alors que Work, Première ministre et la plus lugubre Wet Dreams s’avèrent moins convaincantes. OMG est un disque comme un carrefour, une direction pointant vers une pop fraîche et bien calibrée, l’autre vers un rap dans l’air du temps que Laurence Nerbonne cherche encore à cerner.

 

OMG

★★★
​Pop

Laurence Nerbonne, Coyote Records