Solide, Claude Dubois

En 3 disques, on obtient « 51 coups de cœur de la mémoire collective », affirme la pub de cette compilation qui se veut définitive. Et qui l’est passablement, nonobstant l’insupportable version reggae de Comme un million de gens, substituée à l’originale folk par pur caprice de l’artiste. Grandes chansons ? Bien sûr que oui. Grandes interprétations ? Il se trouve que le gaillard a cette voix hors du commun, qui nous prouverait que Dieu existe s’il ne s’était pas trompé de récipiendaire. Difficile de ne pas entendre la vacuité derrière ces rendus si paresseux. Dubois chante comme il respire, sans effort, avec un je-m’en-foutisme qui avilit presque tout, sinon les immortelles de la première époque (Le Labrador, J’ai souvenir encore). Il demeure sidérant de chanter aussi juste et d’être aussi faux jeton dans l’expression du sentiment : on me dira qu’un bum est un bum et que l’auteur-compositeur a été inspiré plus qu’à son tour, et on aura raison. Immense talent, indéniablement. Retenons le talent.

 

Solide

★★★★
​Archives

Claude Dubois, Les éditions musicales Pingouin

À voir en vidéo