La lanterne, Alexandre Drouin

Mine de rien, ce gars qui a tâté de tout, en groupe, en duo, en est à son troisième mini-album en solo, ce qui nous fait, si je calcule bien, un plein album à lui tout seul en cinq ans. C’est le lot de beaucoup d’artistes : chemins en parallèle, prudence à chaque pas. Dispersion ? Disons polyvalence et débrouillardise. La nécessité a son bon côté : on peut évoluer plus rapidement. Ainsi La lanterne, en cinq titres, propulse Drouin — et Serge Laporte, collaborateur attitré — dans un monde de musique « très très loin d’ici », où tout est possible, où l’on croise les Beatles de 1967, la bande d’Andy Partridge et son XTC des années 1980, voire les frères Gallagher de la décennie d’après. On est moins dans l’invention que dans la talle des emprunts jouissifs, sur des textes un brin éthérés et joliment naïfs (en français, généralement) qui rappellent irrésistiblement la dernière époque des groupes yéyé de chez nous (Les Classels fumant L’herbe de la paix, notamment). Autant de qualités, à mon sens. Écoutez La Lanterne

La lanterne

★★★
​Chanson

Alexandre Drouin, Passeport

À voir en vidéo