Le goéland d’argent, Oodooo

Elles étaient les Vulvets, elles sont désormais Oodooo. Le changement de nom, quatre ans plus tard, s’explique : c’est sur scène que les Vulvets flanquaient leur décoiffant ramdam de garage-punk à une poignée d’irréductibles. Faute de scène, en ces temps plutôt flous, l’évolution de la manière brutale, façon psychotronique fuzzée, implique une nouvelle appellation, moins contrôlée. Pour dire ça en termes de films de Russ Meyer, on est passés de Motor Psycho à Beyond the Valley of The Dolls : Oodooo est moins un geste qu’un univers, une aventure plutôt qu’un assaut. Dorothée Parent-Roy, Isabelle Laterreur Ouimet, Marie-Eve Bouchard et Marie-Claire Cronier proposent une plongée dans un bain de références parfaitement assumées, où Jean-Claude Vannier fait risette à Morricone et où Le Cœur d’une génération rencontre les Hay Babies. La dernière mention est pur fantasme : qu’un bon soir, en programme double, les unes et les autres nous fassent planer au-dessus des vicissitudes du monde.
 

Le goéland d’argent

★★★★
​Psychotronique

Oodooo, indépendant (EP)

À voir en vidéo