Coeur de pirate fait l’acquisition de Dare to Care Records

L’artiste devient ainsi la nouvelle présidente et directrice artistique de Dare to Care Records, mais elle compte poursuivre sa carrière musicale en parallèle.
Photo: Francis Vachon Archives Le Devoir

L’artiste devient ainsi la nouvelle présidente et directrice artistique de Dare to Care Records, mais elle compte poursuivre sa carrière musicale en parallèle.

Après des mois d’attente, Béatrice Martin, connue sous son nom d’artiste Cœur de pirate, devient officiellement la nouvelle propriétaire de la maison de disques montréalaise Dare to Care Records, qui a perdu son président et fondateur Éli Bissonnette lors de la deuxième vague de #MoiAussi l’été dernier.

« C’est un tout nouveau chapitre de la maison de disques qui s’écrit à compter d’aujourd’hui et je suis très fière de porter le flambeau. Ma priorité sera de veiller au bien-être des artistes et des employés, tout en contribuant au développement des différents projets de notre riche scène musicale », a déclaré Béatrice Martin sur les réseaux sociaux mercredi matin en annonçant la nouvelle.

L’autrice-compositrice-interprète devient ainsi la nouvelle présidente et directrice artistique de Dare to Care, la maison de disques à laquelle elle s’est jointe dans ses débuts, en 2008. Elle a d’ailleurs fait savoir qu’elle compte poursuivre sa carrière musicale en parallèle de ses nouvelles fonctions.

« Depuis 20 ans, la maison de disques a fait grandir de nombreux artistes d’ici et m’a permis de devenir ce que je suis aujourd’hui. […] Le travail qui m’attend est grand et j’ai bien hâte de vous annoncer de belles nouvelles au courant des prochaines semaines », a-t-elle ajouté dans sa publication Instagram.

Béatrice Martin avait annoncé en août dernier son intention de racheter sa maison de disques, souhaitant la sauver de la tourmente.

Rappelons que Dare to Care a été secouée par la vague de dénonciations qui a déferlé sur les réseaux sociaux en juillet dernier puisque des témoignages visaient le chanteur Bernard Adamus, représenté par la maison de disques. Cette dernière avait directement coupé ses liens d’affaires avec l’artiste. Son président et fondateur Éli Bissonnette avait par la suite quitté ses fonctions après avoir reconnu être au courant des allégations d’inconduites sexuelles pesant contre Bernard Adamus.

Depuis 20 ans, la maison de disques a fait grandir de nombreux artistes d’ici et m’a permis de devenir ce que je suis aujourd’hui. […] Le travail qui m’attend est grand et j’ai bien hâte de vous annoncer de belles nouvelles au courant des prochaines semaines.

 

Dans la foulée, Cœur de pirate et Les sœurs Boulay avaient décidé de rompre leurs liens avec la maison de disques. Les quelque 25 employés de l’agence s’étaient dissociés des gestes d’Éli Bissonnette, espérant que cet épisode ne signe pas la fin de leur entreprise.

« Laisser une partie de notre culture au naufrage serait, selon moi, une erreur monumentale », avait alors souligné Béatrice Martin au mois d’août, justifiant sa volonté d’acquérir cette « entreprise importante [du] milieu culturel » québécois.

Grosse Boîte

Depuis deux décennies, Dare To Care — et sa division francophone Grosse Boîte — représente des artistes québécois de renom comme Jean Leloup, Fred Fortin, Émile Bilodeau, KROY ou encore Fanny Bloom.

Plusieurs n’ont pas manqué de souligner la nouvelle mercredi en félicitant Béatrice Martin pour son acquisition. « Aujourd’hui […] Cœur de pirate est officiellement ma nouvelle boss ! Les employés de [Dare to Care] ainsi que les artistes de ce catalogue héritent donc d’une formidable artiste, extrêmement compétente, comme directrice artistique à la présidence de cette compagnie ! » a notamment commenté le chanteur Émile Bilodeau sur son compte Instagram.

L’équipe actuelle de Dare to Care poursuivra quant à elle le maintien des opérations en collaboration avec l’équipe de direction, a précisé la maison de disques par voie de communiqué mercredi. « Portée par un nouveau souffle, [elle] poursuivra son travail auprès des artistes qui sont au cœur des activités de la maison depuis les deux dernières décennies, tout en travaillant à définir les orientations qui permettront d’assurer le développement et l’exploration de nouveaux univers créatifs », peut-on lire.

De plus, aucun changement n’est prévu au catalogue de la maison de disques.

Un nouveau conseil d’administration sera prochainement nommé avec à sa tête Nicolas Martin, qui n’est autre que le père de Béatrice Martin et le chef des opérations chez Cœur de pirate inc. Jan-Fryderyk Pleszczynski, qui assumait la présidence par intérim depuis le départ d’Éli Bissonnette, restera en poste encore quelques semaines, le temps « d’assurer une transition fluide ». Il se joindra ensuite au conseil d’administration.

Des conseils

La compositrice Joane Hétu, qui est depuis 30 ans à la tête de sa propre maison de disques Ambiances magnétiques, spécialisée en musique actuelle, s’est réjouie de voir une autre femme « prendre sa place » dans le milieu.

Avant toute chose, elle recommande à Béatrice Martin de prendre le temps pour mettre en place une direction artistique claire, quitte à la modifier avec le temps. « Sans une ligne claire en tête, ça devient l’enfer avec toutes les propositions qu’on reçoit, car c’est toujours difficile de dire non à quelqu’un », explique-t-elle en entrevue.

Mais son plus grand conseil est de « faire attention à conserver sa carrière d’artiste ». « Avoir sa maison de disques, c’est beaucoup d’ouvrage, ça gruge sur le temps de création. Les impératifs administratifs semblent toujours plus pressants que de composer une nouvelle pièce. C’est un combat de toute une vie que de réussir à préserver sa carrière dans tout ça. »

Mais le jeu en vaut la chandelle, assure-t-elle, fière de ce qu’elle a pu accomplir.

 

À voir en vidéo