Evermore, Taylor Swift

Cinq petits mois après Folklore, l’album surprise indie-folk de la princesse pop planétaire, voici la suite, moins surprenante dans la forme, mais tout aussi événementielle. La pause obligée de la pandémie, survenue pour Swift au début de la trentaine, alors que la locomotive des tournées triomphales ne semblait plus pouvoir s’arrêter, semble providentielle. La compositrice-interprète a découvert un espace jubilatoire, d’où les chansons — et les mots — coulent à flots. Avec le concours d’Aaron Dessner (du groupe indie The National), Taylor Swift a saisi et continue de saisir l’occasion pour transformer son vedettariat en objet d’étude, multipliant les points de vue : dans Gold Rush, elle aborde la question du rapport à l’extrême beauté ; dans Champagne Problems, ballade piano triste, elle dénonce le goût du drame, exacerbé par la célébrité. Et ainsi de suite : avec ces quinze titres de plus, c’est d’un portrait en haute résolution dont nous disposons. Ira-t-elle plus loin encore ? À suivre.

Écoutez Champagne Problems

Evermore

★★★★

Taylor Swift, Republic/Universal