Festival d'été de Québec - Le retour de Crackhaus et Akufen

Les membres de Crackhaus: Scott Monteith et Steve Beaupré.
Source: Off festival d’été de québec
Photo: Les membres de Crackhaus: Scott Monteith et Steve Beaupré. Source: Off festival d’été de québec

Après un passage remarqué au Festival d'été l'an dernier, les DJ montréalais Akufen, Crackhaus et Deadbeat sont de retour cette année au off à l'occasion d'une longue soirée électronique à Rouje. Carnets d'une festivalière off, jour 2, sur le thème des petits bruits de grande amplitude.

S'il est un domaine où le Festival d'été a déçu cette année, c'est sans contredit en musique électronique, branche quasi absente de la programmation. Outre DJ Frigid en début de festival et Electric Gipsyland qui joue demain soir à Place d'Youville, on n'avait rien à se mettre sous la dent. Heureusement, le off est venu combler ce vide avec ses trois soirées Transes nocturnes qui se tiennent à la galerie Rouje de la rue Saint-Joseph — un lieu déjà très branché de la scène techno.

Pour ce soir, on nous avait déjà promis la venue de Deadbeat (Scott Monteith seul), Crackhaus (Scott Monteith et Steve Beaupré). Mais voilà qu'on nous annonce qu'Akufen (Marc Leclair) sera aussi de la fête. Bien que ce dernier soit le plus réputé de la bande — il a notamment remixé Massive Attack —, c'est Crackhaus qui avait obtenu la faveur du public lors de leur passage conjoint à la salle Multi, lors du Festival d'été de 2003.

Cette année, Crackhaus a préparé quelque chose de similaire: «On va présenter le début du nouveau matériel sur lequel Steve [Beaupré] et moi avons travaillé au cours des derniers mois. C'est essentiellement le même genre d'esthétique que l'an dernier, soit de la musique de party avant tout. J'aimerais que les gens s'amusent et dansent», d'expliquer Monteith en ajoutant que sa performance en tant que Deadbeat devrait aussi nous faire danser tout notre saoul.

Très influencé par Akufen, le duo Crackhaus s'est fait connaître avec une approche de l'échantillonnage assez rigolote. L'insolite constitue en quelque sorte leur marque de commerce. «Nous avons deux grands principes de composition avec Crackhaus. Premièrement, nous devons avoir du fun à créer, et, deuxièmement, il n'y a aucune limite à ce qu'on se permet de faire. On peut par exemple enregistrer des sons sur des claviers ou une batterie de mauvaise qualité. On peut aussi passer un temps fou à s'enregistrer, simplement en faisant des bruits avec nos bouches ou en courant dans la cuisine en frappant sur des casseroles [...]. Tout est utilisable à condition que ça nous fasse sourire et rigoler.»

Monteith se dit d'autant plus ravi de participer au off de Québec que ça lui permettra d'entendre le travail des DJ d'ici. «C'est intéressant de voir que la scène techno est en train de lever à Québec. J'ai vu Milimetrik [Pascal Asselin, de Québec] cette année à Mutek et j'ai été très impressionné. Il s'est toujours fait des choses intéressantes, mais avant, c'était à une petite échelle et ça se limitait aux quatre murs des chambres à coucher et des studios. Or, ce travail-là est de plus en plus mis en lumière et je crois que ça sera intéressant de voir comment les choses vont évoluer à Québec au cours des prochaines années.» Outre Milimetrik, on pourra entendre en début de soirée Seeker, de Québec, avec en toile de fond des projections de Kinö manigancées par Simon «Sharky» Lacroix.

Aussi au off: plus tôt et plus tard en soirée, on nous invite à découvrir les compositions folk de l'ex-Zébulon Yves Marchand, qui se produira au bar Le Sacrilège à 19 heures et au Pub Saint-Alexandre à 23 heures. Pour le second spectacle, il sera notamment accompagné d'un autre nouveau visage de la chanson en la personne d'Antoine X. Du côté de l'Anti, ça commence aussi à 23 heures avec les Dokteurs, de Québec, Morceaux_de_Machines, aussi de Québec, et The Donkeys, de Montréal, entendus cette année au Festival de musique actuelle de Victoriaville.

***

Au «on»: au Festival d'été régulier, la programmation se trouve dans une période un peu plus creuse. On peut quand même compter sur des valeurs sûres, comme l'ensemble gitan Taraf de Haïdouks — de grands habitués du Festival — qui jouent ce soir à Place d'Youville.

***

Vu: Marco Calliari, du groupe métal Anonymus, chanter O Sole Mio dans un pub irlandais mercredi soir. Cet étudiant de l'Académie du Massacre a voulu revisiter les chants traditionnels de son Italie d'origine. Pour comprendre ce que ça donne, imaginez juste un gars de métal qui chante du folklore et s'en tire bien... Pour ceux que ça intéresse, Calliari présentera son spectacle aux FrancoFolies le 5 août.