P’tit Belliveau, Corridor et les Deuxluxes se distinguent au GAMIQ

L’attachant  Acadien P’tit Belliveau, lors de sa prestation au Premier gala de l’ADISQ, en octobre dernier
ADISQ L’attachant Acadien P’tit Belliveau, lors de sa prestation au Premier gala de l’ADISQ, en octobre dernier

Ce ne sont pas les ennuis de santé du grand manitou du GAMIQ, ni même une pandémie planétaire, qui allait priver la scène musicale québécoise du gala le plus représentatif de la richesse et de la créativité de ses artistes : contre vents, virus et marées, plus d’une trentaine de prix Lucien ont été décernés aux musiciens méritants lors d’un gala préenregistré, retransmis gratuitement sur le Web dimanche soir, et ponctué par des prestations de Philémon Cimon & Kanen, Navet Confit, Anonymus et Beat Sexü, entre autres invités.

Confinement oblige, le 15e Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ) n’a pu rassembler les acteurs de notre scène dans une salle trop petite pour eux et trop bruyante pour les animateurs. Le spectacle webdiffusé était malgré tout fidèle au gala lui-même : brouillon, généreux et parfois revendicateur. Trente-trois prix ont été remis par autant de présentateurs invités, plusieurs prenant le temps d’offrir des mots d’espoir en cette morne période de salles villes et de publics absents qui porte au flanc d’une scène fragilisée.

À l’heure des bilans de fin d’année, les prix Lucien permettent même de corriger quelques injustices apparues ces derniers mois. Exemple : 2020 aurait dû être l’année du P’tit Belliveau. L’attachant Acadien aurait arpenté les scènes extérieures de festivals, aurait assurément conquis un nouveau public gagné par son verbe exotique et sa bonne humeur contagieuse. Que ses deux Luciens, celui de l’Album hors Québec de l’année (pour Greatest Hits vol. 1, paru chez Bonsound) et de la Révélation de l’année (remporté devant Backxwash, Anachnid, Bermuda et Nobro, superbe cuvée !), deviennent pour lui des prix de consolation.

Les Deuxluxes aussi se sont distingués : Lucien de l’Artiste de l’année et de l’Album rock de l’année pour Lighter Fluid, un prix remporté ex aequo avec Bon Enfant (album Bon Enfant). Ex aequo ? Manière de souligner la vitalité du rock québécois : on manque de prix pour tous les féliciter. Les autres manieurs de guitares récompensés : un doublé pour Corridor, Album indie rock de l’année (Junior) et Vidéoclip de l’année (Topographe), les fulgurantes musiciennes de Nobro (EP rock de l’année pour l’incontournable Sick Hustle), Navet Confit (EP indie rock de l’année pour EP8), Blood Skin Atopic (Album punk de l’année pour Exzéma) et surtout les vétérans Anonymus, Lucien de l’Album métal de l’année (pour La Bestia, paru l’été dernier) et prix hommage Piggy 2020.

Côté rap, Souldia a remporté le Lucien Choix du public, lui qui a connu une année particulièrement chargée en studio, enfilant deux albums solo et un troisième en duo avec Tizzo. Le trio LaF s’est vu remettre le Lucien de l’Album rap de l’année (Citadelle) et leur ami Vendou, celui du EP rap de l’année (Trèdou) — soulignons également que le prix de l’Étiquette de disques de l’année est revenu aux artisans des Disques 7e Ciel, important incubateur de talents rap québécois.

Le spectacle hybride salué

Parmi les nombreuses autres remarquables victoires, soulignons celle de Mara Tremblay pour son superbe Uniquement pour toi, Lucien de l’Album pop ; Flore Laurentienne, Lucien de l’Album expérimental (Volume 1) ; Clay & Friends, celui du EP pop pour Grouillades. Mon Doux Saigneur (Album folk), Ilam (Album musique du monde), Boskorgi (Album électronique) et É.T.É. (Album trad) ont aussi mis la main sur un Lucien doré.

Enfin, les organisateurs du GAMIQ ont également remis un prix à L’Anti bar et spectacles de Québec, sacrée Salle de spectacles de l’année. Une récompense d’autant plus importante que les gestionnaires de l’Anti furent parmi les premiers à explorer la voie du spectacle hybride, permettant ainsi aux artistes de rejoindre leurs fans durant cette pandémie qui n’en finit plus d’exiger des artistes qu’ils se « réinventent ». Le Lucien du Festival de l’année a aussi été décerné à des entrepreneurs de Québec, ceux du Phoque-Off, le « festival déjanté de diffusion alternative », dont la septième édition est déjà annoncée pour février prochain, avec ou sans vaccin.

Pour consulter la liste complète des gagnants : musiqueinde-pendante.com/gamiq.

À voir en vidéo