FrancoFolies 2004, la programmation extérieure - Le site des Francos ne suffit plus: le Vieux-Port réquisitionné

Source: Francofolies de Montréal
Photo: Source: Francofolies de Montréal

La nouvelle chanson pop des Ariane Moffatt, Marc Déry et Yann Perreau transportera les francofous jusqu'au quai Jacques-Cartier, en clôture d'un festival ratissant plus large que jamais. À la programmation en salles s'ajoutent 200 spectacles gratuits sur sept scènes, du 29 juillet au 8 août. Aperçu.

Du dévoilement de la programmation extérieure des 16e FrancoFolies de Montréal, hier, au Centre des sciences du Vieux-Port de Montréal, on aura compris ceci: les éditions anniversaires sont prétextes à expansion. L'an dernier, histoire de souligner les 15e FrancoFolies de Montréal, trois grands spectacles-événements ont été présentés sur la Catherine. Cette année, histoire de souligner qu'on a fait un bon coup en soulignant le 10e, on récidive. Autrement dit: on intègre. Trois spectacles-événements se succéderont donc à nouveau, désormais incontournables. C'est le grand truc: une fois le budget bonifié, fût-ce exceptionnellement, il n'y a plus qu'à justifier la bonification à long terme et hop! C'est l'expansion.

Encore faut-il remplir les nouvelles cases. Véritable machine à concepts, l'équipe de programmation des FrancoFolies — Guy Latraverse, Laurent Saulnier, Dan Behrman, Caroline Johnson — a eu autant d'idées qu'il y a de tranches d'âge à rejoindre parmi la clientèle. Aux familles, courtisant autant l'ancien granole que l'ado néo-hippie, on propose en fête d'ouverture une bringue «trad» intitulée «Swinguez en ville!», avec ce qui reste de La Bottine Souriante, ainsi que Yann Perreau et une troupe de danseurs, plus les inévitables invités-surprises (c'est-à-dire les artistes non confirmés au moment d'imprimer la brochure... ). Aux prépubères, dans le même moule de Phénomia l'an dernier, on offre en pleine Catherine une sorte de party pyjama de jeunes filles en fleurs: Annie Major Matte, Gabrielle DesTroismaisons et Amélie Veille se joindront à la très populaire Andrée Watters, dès 17 heures le samedi 7 août. Pour bien montrer que le festival est aussi capable de se la jouer tendance, on conclut le 8 août avec un triplé de choc pour amateurs de nouvelle chanson pop pas bête et pas statique, avec l'irrépressible Ariane Moffatt (triomphatrice du dernier FIJM!), le doux Marc Déry et le très cool Yann Perreau. On notera ici une première dans l'histoire des FrancoFolies: ce spectacle aura lieu hors du site, au quai Jacques-Cartier du Vieux-Port. «Exceptionnellement», dit le communiqué. On en jugera l'an prochain.

Le site habituel a également été reconfiguré, de manière à placer une scène de plus dans le même espace: sur Jeanne-Mance, entre Sainte-Catherine et de Maisonneuve, une «zone» sera aménagée pour les divers manieurs de platines, rappeurs et experts de planche à roulettes. Encore ici, l'intention est manifeste: quatre ans après la création d'une scène «trad», le festival de chansons, comme son cousin jazz, veut attirer tous les publics. Et les aura, à n'en pas douter.

Qui distingue-t-on parmi les quelque «1000 auteurs, compositeurs, musiciens et interprètes provenant d'une dizaine de pays»? Tôt en soirée, d'honnêtes gagnants de concours — Baptiste, Steeve Thomas — tenteront de se gagner des fidèles. Dans la série «Révélations», on souhaitera autant de monde pour la valeureuse Maryse Letarte que pour l'ex-lofteur Mathieu Gaudet. Chez les «Espoirs», série de haut niveau, on se déplacera avec le même intérêt pour les Yves Desrosiers, Daniel Grenier, Yves Marchand et autres Catherine Major. Le Parc des festivals accueillera les habituels brasseurs de foule, dont Balthazar, les Prototypes, Groovy Aardvark, Le Nombre et Fermin Muguruza. La scène principale de la Catherine aura son lot de têtes d'affiche: notons Yann Perreau, Vincent Vallières, Polémil Bazar, tous gradués de scènes périphériques. Et l'on pourra encore une fois apprécier en toute gratuité nombre d'artistes étrangers la veille de leur spectacle en salle, dont les moindres ne sont certes pas les Diam's et Autour de Lucie. Une bonne idée mise en place il y a plusieurs années, qui ne s'est pas perdue en cours d'expansion. On peut se fier là-dessus: quand les Francos tiennent le bon truc, elles le gardent. Le tout est de savoir jusqu'à combien de bons trucs elles iront.