Songs from Home, Fred Hersch

Il y a quelques années, le pianiste américain Jason Moran disait à propos de son collègue Fred Hersch : « Parce que le jeu de Fred est si beau, certaines personnes ne le prennent pas aussi au sérieux qu’il le faudrait. » Avant d’ajouter qu’il « est au piano ce que LeBron James est sur un terrain de basketball : la perfection ». Cet album, enregistré en solo chez lui durant cette pandémie, ne dit pas autre chose. Beau de bout en bout, 11 morceaux comme autant de preuves de l’unicité de ce géant du jazz. Entre l’exquise délicatesse de Wouldn’t It be Loverly (Loewe) et l’immensité tranquille d’All I Want (Joni Mitchell), le swing staccato de When I’m Sixty-Four ou After You’ve Gone, il y a l’extraordinaire légèreté (ou profondeur, c’est selon) de la touche de Hersch, ce lyrisme en retenue, cette richesse harmonique partout exprimée par son Steinway personnel. Tout paraît ici d’une grande simplicité : c’est une ruse. En résulte un album de confinement qui propose autant de lumière que d’introspection : superbe. Écoutez All I Want, de Fred Hersch

Songs from Home

★★★★
Jazz

Fred Hersch, Palmetto