Desert Trip, Steve Hill

Malgré sa réputation de virtuose, qui fait écran sur tout le reste, Steve Hill appartient autant à la lignée damnée des bandits du country (Waylon Jennings, Merle Haggard) qu’à celle des maîtres de la six cordes blues. En 2016, lors d’une escapade en VR sur les routes proverbialement poussiéreuses des déserts de la Californie, le guitariste créait à l’acoustique sa série de chansons la plus purement country de sa carrière, qu’il dépoussière (!) aujourd’hui comme l’on tend une petite gorgée d’eau à un assoiffé, question d’apaiser notre impatience en attendant le jour béni où pareille virée américaine sera à nouveau possible. Le vagabond à la voix brûlante ajoute à son catalogue quelques pépites dignes d’un éventuel best of, dont Rain (l’adversité demeure le sujet qu’il maîtrise le mieux), Follow You Down (céleste profession de fidélité) et I Won’t (picaresque profession de fidélité… à une vie de pécheur !), en plus de revisiter trois standards personnels (version définitive de Judgment Day). Au milieu des dunes, l’oasis.

Desert Trip

★★★ 1/2
​Blues

Steve Hill, No Label Records