John Williams in Vienna, Orchestre philharmonique de Vienne

A priori, le produit ne dit rien qui vaille. On flaire le mariage arrangé, un peu comme jadis l’atterrant 23e Concerto pour piano de Mozart par Horowitz et Giulini (DG), ou le non moins pénible Triple Concerto de Beethoven par Oïstrakh, Richter, Rostropovitch et Karajan (EMI). Mais les esprits chagrins, ronchons, voire mal intentionnés, en seront pour leurs frais. Cette rencontre, au fameux Musikverein, en janvier 2020, la première entre le plus célèbre compositeur de musiques de films, âgé de 87 ans, et l’orchestre viennois, produit des étincelles. Il faut associer à ce festin le preneur de son Tobias Lehmann, car on a rarement entendu une aussi belle, juste et spectaculaire prise de son du Philharmonique de Vienne dans sa salle. Un mot qualifie ce CD et le son de l’orchestre : « glorieux ». Cordes, trompettes, cors jouent le jeu à fond et c’était exactement cela le but : donner à cette musique le plus beau son imaginable, dans un disque orgiaque. La participation d’Anne-Sophie Mutter (deux plages) reste symbolique.

John Williams in Vienna

★★★★★
Classique

Orchestre philharmonique de Vienne, DG 483 6373