Bach devant les caméras

Filippo Gorini
Photo: Marco Borggreve Filippo Gorini

Le Festival Bach de Montréal commencera jeudi soir à 19 h 30 par un récital d’orgue soulignant le 60e anniversaire de l’inauguration du grand orgue Rudolf von Beckerath de l’oratoire Saint-Joseph. Pour l’occasion, l’orgue se transportera dans votre salon via une plateforme nouvellement créée.

Le Festival Bach n’a toujours pas abdiqué et maintient sur sa page de programmes les concerts qui se tiendront si d’aventure le gouvernement ouvrait à nouveau les salles de spectacle le 23 novembre.

Mais on sent bien que ne subsisteront que ceux marqués d’un point rouge signalant un « Direct disponible » sur Internet, soit tout de même 80 % de la programmation initiale.

Car dès le début de la pandémie, au printemps, Alexandra Scheibler cofondatrice et directrice du Festival Bach, avait travaillé sur une édition, certes artistiquement sans cesse fluctuante (d’où une annonce tardive de la programmation), présentée parallèlement devant public et en webdiffusion. Quebecbaroque.com, plateforme indépendante du festival lui-même, mais étroitement connectée, a été créée à ces fins par l’Académie Bach.

Surcharge de travail

Des concerts, il ne reste plus aujourd’hui que la version devant caméras. « Il s’agit non pas de productions que l’on tourne, mais de concerts que nous captons et retransmettons en direct dans les lieux dans lesquels ils étaient programmés. Tout a été conçu comme des concerts et comme si nous pouvions avoir du public », nous dit Mme Scheibler à la veille de la manifestation.

L’heure est davantage à la surcharge de travail qu’à la déprime : « C’est une organisation qui ne va pas de soi, mais nous avons une équipe formidable. À quatre, nous organisons des concerts en salle, respectant les normes sanitaires complexes, et leur diffusion. Nous le faisons pour notre public et les musiciens d’ici et sommes chanceux que nos partenaires, notamment notre commanditaire principal Canimex, ont toujours cru en ce que nous faisions malgré les incessants changements ».

Le Festival Bach, plus encore que d’autres, repose sur une communauté de spectateurs fidèles. Seront-ils au rendez-vous ? Afin de les amadouer, le coût de visionnement sur quebecbaroque.com sera de 9 $, soit moins cher qu’ailleurs. « C’est important d’avoir un prix, mais il faut habituer le public au visionnement », croit Mme Scheibler. « Avec Paolo Corciulo, le moteur derrière ce projet, nous voulions lancer quebecbaroque.com à l’occasion du festival et mettre ensuite la plateforme à disposition des organismes qui pourront juger de son intérêt dans les prochains jours. »

La partie technique des captations a été confiée à Benoît Guerin, qui fera appel à diverses équipes. Les diffusions seront en ligne pendant des périodes différentes selon les concerts, une ou deux semaines en général.

9$
C’est le coût de visionnement au Festival Bach, soit moins cher qu’ailleurs.

Les concerts qui ont fait les frais de la situation pandémique sont les manifestations « Off festival » dans une petite salle du boulevard Saint-Laurent. L’ambiance et la proximité étaient le sel de ce genre de rencontres. Une parcelle en restera néanmoins avec les concerts des Suites pour violoncelle de Stéphane Tétreault à 22 h 30.

Il y a fort à parier aussi que la soirée des Violons du Roy avec Jean-François Rivest le 28 novembre ne pourra avoir lieu faute de public. Mais on pourra la retrouver isolément plus tard dans la saison : « Ce qui n’a pas lieu n’est pas forcément annulé. Certains concerts comme celui-ci pourront être rattrapés. »

Malgré tout, le festival aura bel et bien les atours d’une manifestation au rythme soutenu, quasi quotidien. Après le concert d’orgue de jeudi s’enchaîneront Clavecin en concert dimanche, l’Orchestre de l’Agora lundi, la pianiste Anna Saradjian mardi, Kerson Leong mercredi et le Studio de musique ancienne dans les Six Motets le jeudi 26.

Reprise des directs avec l’Orchestre du Festival dirigé par Jean-Claude Picard le samedi 28, le pianiste italien Filippo Gorini en direct de Turin le 29, Serhiy Salov le 2 décembre, Stéphane Tétrault les 3 et 4 et Yannick Nézet-Séguin en clôture avec la Messe en si le 6 décembre.

Un autre Bach

L’orgue de l’oratoire et Jean-Sébastien Bach seront concurrencés jeudi à 19 h 30 par le concert des Trois derniers quatuors de Carl Philip Emanuel Bach par Les Boréades en direct du Conservatoire. Il est possible de cumuler Festival Bach et Boréades : les détenteurs de billets pourront aussi visionner la rediffusion du 20 novembre à 18 h au 26 novembre à 23 h. Le concert webdiffusé sera vendu au prix de 15 $ et commenté.