Rainbow Sign, Ron Miles

Oubliez les arcs-en-ciel de mars et avril qui clamaient que « ça va bien aller » : le Rainbow Sign de Ron Miles n’a rien à voir avec la COVID, et tout avec une démarche comme toujours très réfléchie chez ce cornettiste américain de premier ordre. Trois ans après le sociopolitique I Am a Man, Ron Miles est entouré du même quintette étoile (Jason Moran, Thomas Morgan, Bill Frisell et Brian Blade), et présente un album à forte résonance spirituelle — il fut composé en marge du décès de son père. L’arc-en-ciel fait ici référence à des œuvres ayant inspiré Miles, et à une notion de renouveau. Sur le plan musical, la signature de Ron Miles est partout imprimée : chaleur du son, arrangements remplis de détails, juste équilibre entre complexité et accessibilité (touche pop entre les lignes), réminiscences blues sur fond jazz, grande souplesse d’interprétation et d’interaction du quintette. Tout mis ensemble, quelque chose qui s’appelle une œuvre — cohérente, signifiante, et pleine de vie.

Rainbow Sign

★★★★
​Jazz

Ron Miles, Blue Note