Nos très respectables succédanés musicaux

L’Orchestre symphonique de Montréal offre à partir de mardi soir son nouveau concert payant sur Internet: des œuvres de Hétu, de Ravel et de Stravinski avec la pianiste Angela Hewitt et le chef Jacques Lacombe.
Photo: Capture d’écran OSM L’Orchestre symphonique de Montréal offre à partir de mardi soir son nouveau concert payant sur Internet: des œuvres de Hétu, de Ravel et de Stravinski avec la pianiste Angela Hewitt et le chef Jacques Lacombe.

L’Orchestre symphonique de Montréal offre à partir de mardi soir son nouveau concert payant sur Internet : des œuvres de Hétu, de Ravel et de Stravinski avec la pianiste Angela Hewitt et le chef Jacques Lacombe.

En attendant la réouverture des salles, notre nouvelle vie de mélomanes est confinée à nos écrans. La principale leçon du visionnement des vidéos commercialisées récemment par l’OSM,l’Orchestre Métropolitain (OM), l’Opéra de Montréal (OdM) et le TNM est le soin apporté à la finition de leurs produits commercialisés.

On pense à la mise en scène et aux éclairages du Petit prince du TNM, à la contextualisation du diptyque de l’OdM (la question de l’opéra avec accompagnement de piano est une autre paire de manches), à l’ambiance et aux cadrages du concert du Requiem de Fauré de l’OM, à l’affiche jusqu’à vendredi.

La présence des chanteurs confère au film du Requiem de Fauré de l’OM une chaleur humaine que n’a pas forcément le regard des caméras du concert de l’OSM. Mais l’Orchestre symphonique de Montréal, nous l’avons écrit la semaine dernière, a peaufiné son produit : excellente qualité visuelle, superbe son. Le produit vendu est digne et agréable.

Jacques Lacombe est le maître d’œuvre du spectacle mis en ligne mardi soir et que nous avons pu visionner. On retrouve sa manière musicale très directe et linéaire dans la suite de L’oiseau de feu. Moins massive qu’à l’ordinaire, sa Danse infernale révèle plusieurs petits détails. Le document étant tourné en situation de concert, la partition est enchaînée et les petits pépins (sans conséquences) ne sont pas repris ou corrigés.

Lacombe ouvre le concert avec une exécution soignée de Sur les rives du Saint-Maurice de Jacques Hétu, pertinente programmation pour le 10e anniversaire de la mort du compositeur. L’accroche de la soirée est le Concerto en sol de Ravel par Angela Hewitt. Le chef, plus ordonné que les accompagnements très délurés entendus ces dernières années, cadre une vision de la pianiste du genre « romantico-sentimentalisant », assez hors style.

Signalons parmi les nouveautés le concert de samedi de l’Orchestre du CNA, « Cœur-à-cœur musical », avec des découvertes de Jessie Montgomery, Henri Tomasi, Hannah Kendall, Marjan Mozetich et Violet Archer. Le concert de gala des prix Azrieli 2020 du NEMest diffusé gratuitement à medici.tv jusqu’au 23 janvier. Quant au prochain rendez-vous payant, il est avec I Musici jeudi à 14 h sur Livetoune.

À voir en vidéo