La Fièvre, La Fièvre

Pour qui suit depuis quelques années La Fièvre dans les divers recoins, caves et greniers où elle s’exécute en spectacle, un album complet, qui tient tout seul comme un grand, arrive à point en cette veille d’Halloween. Le duo électro-pop witchcore a pris le temps de participer aux Francouvertes et de peaufiner une présence scénique incandescente sans doute. La Fièvre a la percussion qui claque comme un fouet et le propos cinglant, ouvertement politique. Chant incantatoire et machines sont tout ce qu’il lui faut pour concocter une potion spéciale de synth-pop noire et dansante, un pont spectral entre agressivité et recueillement, un code secret de reconnaissance. La possession opère mieux sur les morceaux aux paroles moins littérale (comme Goddess — avec BackxWash, Malade), alors que d’autres laissent moins de place à la poésie (Écoféministes, La marge, par exemple).


La Fièvre

★★★ 1/2
​Électro

La Fièvre, Indépendant