Ludwig van Beethoven, Frank Peter Zimmermann, Marin Helmchen

Zimmermann et Helmchen sont des incarnations de la culture de ce répertoire, de la musicalité et du raffinement. Il y a eu beaucoup de grandes équipes dans ces sonates, mais une chose que l’on pouvait attendre ici, c’est une conversation plutôt qu’une joute (façon Ashkenazy-Perlman). Le sel de l’interprétation est effectivement à dénicher dans les interstices, les subites inflexions de dynamique, le toucher aérien de Helmchen sur les descentes chromatiques, la manière d’attaquer les notes et de sculpter les transitions (cf. la dernière variation du 2e volet de la 1re Sonate après 5 minutes 30). Écouter Zimmermann et Helmchen jouer ces sonates, c’est être à l’affût des revirements, des ombres et des lumières. Ce jeu, aussi magnifiquement mené par Andrew Wan et Charles Richard-Hamelin, est porté ici à un degré de subtilité exceptionnel. Cette parution deréférence nous amène aussi à vous signaler que l’intégrale par Leonidas Kavakos que Sony vient de publier n’est autre que celle déjà parue il y a quelques années chez Decca.
 

Zimmermann et Helmchen jouent le Finale de la 1re Sonate de Beethoven

Ludwig van Beethoven

★★★★ 1/2
​Classique

Frank Peter Zimmermann, Marin Helmchen, BIS 2517