Brel à Knokke. Les adieux à l’Olympia. Brel parle.

Du beau travail. Un programme double justifié. Allier ainsi en un discret coffret deux galas essentiels de Jacques Brel, tous deux remarquablement filmés et enregistrés, les restaurer jusqu’à la perfection des noirs et des blancs, fournir les versions audio et vidéo, ce n’est rien de moins qu’admirable. L’expérience d’écoute n’est pas l’expérience de visionnement, on ne le constatera jamais autant qu’ici. Et ce que l’on peut mesurer d’un tour de chant à l’autre — le premier au beau milieu de l’été 1960 à la balnéaire Knokke-Le-Zoute, le second forcément événementiel des « adieux » d’octobre 1966 à l’Olympia — est d’une indéniable pertinence : chaque Brel voulait convaincre, mais autrement. Le Brel de Knokke œuvrait à définir sa manière, l’autre en immortalisait la gestuelle, jusqu’à la robe de chambre à la fin pour habit funéraire. Une entrevue de 1971 vient accentuer cette impression de retrouvailles post-mortem. Fascinant. Deux DVD et deux CD.

 

Jacques Brel ― La Fanette

  

Brel à Knokke / Les adieux à l’Olympia / Brel parle

★★★★

Fondation Jacques Brel, Barclay/Universal