Totalement sublime, Totalement sublime

Décidément, la pandémie s’avère musicalement fertile pour Élie Raymond, qui enfile les projets studio : un projet solo paru en mai dernier, un album avec son groupe Foreign Diplomats en juin, et aujourd’hui ce premier album de pop exploratoire conçu en collaboration avec le guitariste et multi-instrumentiste Marc-Antoine Barbier du groupe Choses Sauvages. Malgré le sentiment de spontanéité qui se dégage du projet, le duo a mis deux ans de travail pour aboutir à Totalement Sublime, un disque qui, indique-t-on, a subi l’influence de leur passion commune pour la synth pop japonaise du Yellow Magic Orchestra et consorts. Les chansons servent ici de prétexte à l’expérimentation des musiciens qui tutoient la tendresse — XD 4, chantée par Raymond, LOL (HAIKU COUNTRY) — et tâtonnent (souvent) le bruitisme (BRB-01, par exemple) dans de diaphanes superpositions de synthés, de batterie naturelle ou de guitares acoustiques et électriques qui évoquent, dans leur éclectisme et leurs impulsions mélodiques, les passages plus doux du classique The Soft Bulletin (1999) de The Flaming Lips.


Totalement sublime

★★★ 1/2
​Pop

Totalement sublime, Bonbonbon