Gustav Mahler, Orchestre de la Radio de Berlin, Vladimir Jurowski

Alors que Yannick Nézet-Séguin dirigera dimanche une version réduite du Chant de la Terre, Sarah Connolly, la très grande chanteuse qui a déjà enregistré cette œuvre sous sa direction, grave une seconde version, réalisée fin 2018 à Berlin, six mois avant son diagnostic de cancer du sein. Sarah Connolly, qui nous est revenue guérie en juin 2020, partage ici la vedette avec un chef à la direction exceptionnelle. Saturant les couleurs, Vladimir Jurowski est tranchant, poétique, déchirant. La densité harmonique de son introduction de l’Adieu vaut à elle seule le détour. C’est peu dire que Jurowski-Connolly surpassent la nouvelle version concurrente, Ivan Fischer-Gerhild Romberger (Channel), un pastel vaporeux décoratif. Le ténor est le même dans les deux CD : très honorable, Robert Dean Smith ne vaut pas les grands (Wunderlich chez Klemperer, Haefliger chez Jochum). Cela dit, c’est autour de Connolly que cela se passe, et sa voix a mûri de manière impressionnante, avec un cuivre et une profondeur qui amplifient l’émotion. Écoutez un extrait du Chant de la Terre de Gustav Mahler

Gustav Mahler

★★★★
Classique

Orchestre de la Radio de Berlin, Vladimir Jurowski, Pentatone PTC 5186 760