Les sables mouvants de l’automne en spectacle

Le compositeur EDM canadien Deadmau5 sera au théâtre Ciné-Parc Royalmount les 18 et 19 septembre.
Photo: Eugene Gologursky Agence France-Presse / Getty Images Le compositeur EDM canadien Deadmau5 sera au théâtre Ciné-Parc Royalmount les 18 et 19 septembre.

Avertissement : pour ces dates et ces valeureux musiciens animés par la pieuse intention de renouer avec la scène et le public, rien n’est acquis. Périlleux exercice que de dresser une liste des concerts de la rentrée ; des annonces ont été faites, des salles préparent un protocole de réouverture, mais ce calendrier pourrait bien être emporté par une seconde vague d’infections. Dressons-en tout de même les grandes lignes, dans l’espoir que la musique vivante résiste à l’envahisseur invisible.

Établissons d’abord l’évidence : il est à peu près inconcevable que, cet automne, des artistes de l’extérieur des frontières canadiennes puissent se produire sur une scène québécoise, ce qui exclut pratiquement tout spectacle au Centre Bell ou à la Place Bell, confirme-t-on du côté d’Evenko. Et ceux annoncés au MTelus ? Gogol Bordello le 17 septembre ? Caribou le 24 octobre (avec la fabuleuse Kaitlyn Aurelia Smith en première partie) ? Le Britannique King Krule le 5 décembre, le Français Woodkid les 13 et 14 décembre ?

Si ce n’est déjà fait, on annoncera le report du concert de King Krule et de ceux de Woodkid, qui lancera un nouvel album en octobre. Les seuls concerts d’une comparable envergure qui tiennent sont ceux de Souldia, au MTelus le 26 septembre, et du compositeur EDM canadien Deadmau5,au théâtre Ciné-Parc Royalmount les 18 et 19 septembre. Une rave dans sa voiture : quelle époque, hein ?

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le Festival d’été de Québec présentera des concerts devant 140 spectateurs et retransmis sur le Web depuis l’Impérial. Louis-Jean Cormier sera de la partie.

Le producteur de spectacles réfléchit toutefois à une manière de rouvrir la grande salle de la rue Sainte-Catherine, « en octobre ou en novembre », pour présenter des concerts devant 250 personnes. Les détails viendront, mais Spectra a déjà annoncé la tenue des Francos du 24 au 26 septembre, édition constituée d’une série de concerts devant public distancé au M Telus, et d’une autre, captée pour le Web, à L’Astral, le 27.

Ainsi, l’offre la plus substantielle de l’automne vient d’abord des organisateurs du concours de la relève Les Francouvertes, qui tiennent mordicus à couronner le gagnant de l’édition ayant été mise sur pause durant la crise sanitaire. Reprise des dernières soirées de préliminaires les 28, 29 et 30 septembre au Lion d’Or, demi-finales du 12 au 14 octobre, finale le lundi 2 novembre au Club Soda. Au Lion d’Or, où la reprise d’événements fût soigneusement préparée, la Ligue d’improvisation musicale s’animera à nouveau le 4, puis le 18 et le 25 octobre.

Nous vous aurions recommandé la série La plage musicale, imaginée par Audiogram et CISM, se tenant au Village au Pied-du-Courant durant le mois de septembre, avec notamment Naya Ali, Bon Enfant, Aliocha et Laurence-Anne, mais les places se sont envolées comme des masques N95. Il faudra compter sur les festivals pour garnir notre calendrier : MUTEK, POP Montréal et le Festival international des Nuits d’Afrique ont déjà placé leurs pions pour les mois de septembre et octobre ; on attend encore les affiches de M pour Montréal et du Coup de cœur francophone, tous deux en novembre.

Dans la capitale, le Festival d’été de Québec tente le coup avec FEQXP, trois soirs de concerts (à raison de deux représentations par soir) devant un public de 140 spectateurs et retransmis en direct sur le Web depuis l’Impérial les 17, 18 et 19 septembre. Au programme : Milk & Bone et Matt Holubowski le premier soir, Louis-Jean Cormier et FouKi le deuxième, Bleu Jeans Bleu et Les Louanges le troisième.

On chuchote en coulisses que les règles de distanciation pourraient être assouplies pour des rassemblements de 500 personnes, se tenant à un mètre de distance. Tout ça pour dire que les sables mouvants de l’automne musical pourraient réserver des surprises qui, au moment où ces lignes étaient écrites, n’ont pas encore été annoncées.

Un conseil : surveillons les sites Web des salles qui ont déjà un protocole en place pour respecter les règles de santé publique et qui gardent la scène en vie. La Société des arts technologiques et le Centre PHI innovent, Le Ministère, le Lion d’Or, la Sala Rossa, l’Anti à Québec ont déjà rodé leur formule adaptée à la pandémie ; des concerts s’ajouteront assurément à cette rentrée prudemment déconfinée.

 

La scène à l’écran

Conséquence des restrictions appliquées aux rassemblements intérieurs, des entrepreneurs se sont empressés de créer des plateformes permettant aux artistes de rejoindre leur public sur le Web tout en générant des revenus. Grâce à ses partenariats avec des salles dotées d’infrastructures permettant la webdiffusion de spectacles, la billetterie en ligne Lepointdevente.com fut l’une des premières initiatives à occuper le marché — on peut notamment y acheter les places « virtuelles » du concert de Sara Dufour de ce soir ; Imposs, Groovy Aardvark, Marie-Pier Arthur, Marc Déry et le Christine Tassan Quintette sont également à l’affiche en septembre. Depuis peu, WhiteBoxPlay.com ajoute d’autres concerts, en direct et en vidéo sur demande, à l’offre de la rentrée. L’espace Yoop.app annonce quant à lui les concerts de Dominique Fils-Aimé (16 septembre), d’Eli Rose et Sarahmée (17 septembre), de Clay and Friends (25 septembre) et du Vent du Nord (26 septembre). Enfin, le Centre national des arts d’Ottawa propose depuis son site Web une série de performances d’artistes canadiens par l’entremise de l’initiative
de #CanadaEnPrestation.