The Fifth Season, Lafawndah

Son premier album (Ancestor Boy, 2019) était une éruption de clics et de boums, hommage aux nomades culturels. Celui-ci est un voyage intérieur, au creux des angoisses et des espérances. C’est cet équilibre entre ombre et lumière qui ressort du nouveau matériel proposé par l’artiste irano-égyptienne qui a grandi en France Lafawndah. Poussant à fond le côté chant de dévotion, elle explore ici des lieux humides et enfumés d’encens, tout en mettant à profit — en anglais comme en français — une voix digne de rituels ancestraux. On pense tout de suite à Serpentwithfeet pour l’opulence de l’orchestration. Lafawndah indique que The Fifth Season est inspiré de la trilogie de fantasy Les livres de la terre fracturéede NK Jemisin. Si on a déjà entendu la proposition étrangeté/messianisme / dystopie, chez Zola Jesus par exemple, Lafawndah y apporte indubitablement une subjectivité nouvelle.


The Fifth Season

★★★ 1/2
​Pop

Lafawndah, Latency