Ludwig van Beethoven, Orchestre de chambre de Bâle, Giovanni Antonini

Anniversaire Beethoven oblige, les intégrales symphoniques se succèdent. Celle-ci est la mise en coffret de volumes parus entre 2005 et 2018. Même si l’Orchestre de chambre de Bâle joue sur des instruments modernes, cette intégrale s’adresse aux amateurs de pratiques « historiquement informées ». Antonini use très largement sur le plan expressif de l’absence de vibrato. Ce choix, qui rebutera une majorité d’amateurs de concerts symphoniques, attirera un public qui connaît l’animateur d’Il Giardino Armonico. Si l’on met à part Gardiner, sur les instruments anciens, le concurrent direct est Paavo Järvi (RCA). L’écoute en bloc du cycle met en évidence, par la richesse des sonorités, phrasés et contrechants, l’intelligence de la démarche et son étonnant pouvoir de séduction, même si l’on n’est pas, a priori, acquis à la cause. Ce à quoi il faut se faire avec Antonini-Bâle, c’est le volume. Ce ne sont pas seulement des interprétations d’esprit chambriste, nous avons aussi là un volume délibérément chambriste, Järvi est plus consensuel avec plus d’impact. Écoutez Beethoven: Symphony No. 9 en D mineur, Op. 125

Beethoven

★★★★
​Classique

Orchestre de chambre de Bâle, Giovanni Antonini, Sony, 6 CD, 19439737032