Whole New Mess, Angel Olsen

Whole New Mess, c’est un peu l’envers du décor de All Mirrors, le puissant quatrième album que l’Américaine Angel Olsen nous avait offert à l’automne 2019. Derrière les arrangements parfois baroques, presque new wave, qui donnaient du muscle à All Mirrors, les chansons brutes, racines folk et rock’n’roll exposées, telles que révélées sur Whole New Mess. Prenons Lark Song pour exemple : orchestrale et théâtrale sur All Mirrors, ici chantée simplement à la voix et à la guitare, la voix noyée dans l’écho. Plus qu’une collection de démos — il s’agit en vérité de nouvelles interprétations, réarrangées des chansons de son précédent album, agrémentées d’inédites —, Whole New Mess donne un souffle inédit à la majorité des compositions, qui s’avèrent ni meilleures ou moins bonnes, mais en tout cas plus fragiles, traduisant avec plus de finesse la mort de cette romance ayant inspiré l’album de 2019. L’interprète est égale à elle-même, forte et poignante, or c’est d’être témoin de l’évolution dans le temps et la vie d’Olsen d’une même chanson qui donne toute sa pertinence à cet album. Écoutez Whole New Mess

Whole New Mess

★★★ 1/2
​Rock

Angel Olsen, Jagjaguwar