The Third Gleam, ​The Avett Brothers

Lueur, comme dans lueur d’espoir ? Gleam, troisième du nom, est un mini-album pas très mini du tout : à huit titres et 33 minutes, j’appelle ça un « long-jeu ». Troisième lueur pas très fugace non plus : ça ressemble plutôt à un grand feu. Destructeur, régénérant ? On ne sait pas. On espère le meilleur. Ces lueurs, qui se sont immiscées dans les interstices des 18 ans de musique des frères Scott et Seth Avett, se veulent des moments de réflexion. Réflexion dans la tête, réflexion dans le miroir. Où en sommes-nous ? La contrebasse de Bob Crawford soutient seule les pickings et strummings délicats des frangins de la Caroline du Nord, sans chercher à cacher les inquiétudes évoquées d’entrée de jeu dans Victory : « Accolades and happy days / They don’t ever last / Stories of courage / Clouded up with fear ». Harmonies fraternelles et guitares caressantes font du bien, sans rassurer vraiment. La dernière chanson s’intitule The Fire. À suivre, dans les décombres de l’Amérique.

The Third Gleam

★★★★
Americana

The Avett Brothers, American / Loma Vista