Blonde on the Tracks, Emma Swift

On le sait depuis Joan Baez et les Byrds : Dylan contient des multitudes. Il a même écrit pour son tout récent album, Rough and Rowdy Ways, une chanson qui s’intitule I Contain Multitudes. Laquelle est reprise ici, beau symbole. Pour cette énième visite de l’immense jardin du poète baroudeur, la chanteuse d’origine australienne a eu le bon goût d’éviter l’allée centrale, et son bouquet exhale d’étonnants parfums : ce n’est pas tout le monde qui s’aventure du côté de l’imposante Sad Eyed Lady of the Lowlands, qui va dénicher The Man in Me dans le coin peu visité de l’album New Morning, qui ose toucher à la piquante Queen Jane Approximately. L’audace des choix ne se reflète pas dans les arrangements, et c’est voulu : sous la houlette d’un gars de Wilco (Pat Sansone), avec Robin Hitchcock aux guitares, l’interprète sert un folk-rock au jingle jangle sans surprise, mais certainement pas sans beauté. Pour tout dire, la douce voix d’Emma, lovée aux mélodies, sent bon. Écoutez I Contain Multitudes

Blonde on the Tracks

★★★ 1/2
​Folk

Emma Swift, Tiny Ghost Records