To Know Without Knowing, Mulatu Astatke & Black Jesus Experience

Quiconque un tant soit peu amatrice ou amateur de la riche tradition musicale éthiopienne (ou même du jazz, un coup parti) se sera rué sur cette nouvelle sortie du légendaire « père » (expression toujours à prendre avec des pincettes) de l’éthio-jazz, Mulatu Astatke, en combo avec le collectif australien Black Jesus Experience, une troupe multi-origine garnie de chanteurs, de musiciens improvisateurs, de rappeurs versée dans un groove fusion trempé de hip-hop. Ce ou cette quiconque cherchera et ne trouvera que périodiquement la griffe du vétéran — le vibraphone délicat et tonique, la trompette flambante (Mulatu) ou le clavier fiévreux (Mascaram Setaba) — au travers de cet assemblage sans direction très distincte. Il vaut mieux y venir pour BJE, qui laisse sa marque de façon plus manifeste donc (Living on Stolen Land, To Know Without Knowing). Il serait mal avisé de critiquer un artiste éthio-jazz sur la base de son désir de fusion ; c’en est l’essence, diront les puristes. Tentons tout de même cette hérésie.  


To Know Without Knowing

★★ 1/2
​Musique métissée

Mulatu Astatke & Black Jesus Experience, Agogo Records