Miklós Rózsa

À l’écoute du Concerto pour cordes de Miklós Rózsa (1907-1995) que le public connaît plutôt comme le compositeur de la musique de Ben-Hur, on se dit que le Concerto pour orchestre de Bartók a été pour Rózsa une source d’inspiration très importante. Pourtant, la création de l’œuvre de Bartók a eu lieu le 1er décembre 1944 à Boston, alors que Rózsa a composé sa partition (un chef-d’œuvre méconnu) en 1943. Cet exemple montre qu’au-delà des questions de « plagiat », certaines musiques sont simplement « dans l’air » dans le cadre d’une esthétique : ici, la tension de la guerre et l’exil ont inspiré les mêmes accents. C’est fascinant et cela rend le prix d’un disque par ailleurs très intéressant. Moins génial que Rózsa, Simon Laks (1901-1983) a refait surface il y a une dizaine d’années en tant que témoin des horreurs des camps (il fut un rescapé d’Auschwitz). Sa Sinfoniettanéoclassique (1936) est assez simpliste. Le fameux Orawa de Wojciech Kilar et Sopra canti diversi (2014) de György Orban complètent ce CD original, sensible et intelligent.  

 

Écoutez cet extrait du Concerto pour cordes

Miklós Rózsa

★★★★
​Classique

Laks, Orban, Kilar, Erdödy Chamber Orchestra, Zsolt Szefcsik, Dux 1599