L’hippocampe aux yeux clairs, Rémy Caset

« Elle trouve ça dur d’avoir vingt ans, / Comme une certaine Marie-Hélène, / Y a pas si longtemps », chante Rémy Caset pour une Éléonore en mal de réconfort. La référence à l’immortelle de Sylvain Lelièvre n’est pas anodine : l’ancien des Parfaits Salauds prend le relais de la bienveillance, tend la main au lieu de brandir le poing. On l’a connu geignant, on le redécouvre inspirant, tendre et engageant. Et aussi efficace mélodiste qu’au début des années 1990. La belle surprise de La Minerve, premier album solo en 2017, aurait pu être un baroud d’honneur, mais l’accueil plus que positif a permis à notre homme d’aller plus loin sur son heureux chemin : « l’hippocampe aux yeux clairs » parle sans ambages de tout ce qui lui importe, réitère son besoin d’échapper au « train-train quotidien », fait la somme de ses erreurs sans amertume, décrit sans ironie ses moments de « bonheur tout inclus », soupèse la fatigue des ans et se souhaite « une vie sans reproche ». On veut ça aussi.

 

Rémy Caset ― L’hippocampe aux yeux clairs

L’hippocampe aux yeux clairs

★★★ 1/2
Chanson

Rémy Caset, Disques Artic