Beyond the Pale, JARVIS

Le longiligne et flegmatique ancien leader de Pulp a toujours été un narrateur doué. Ce talent n’a pas disparu. Dès le suave Take Your Foot Off the Gas » (très cohenesque) qui démarre l’album de ce nouveau sextet, on sait qu’on s’en fera conter des bonnes. Avec JARV IS, Jarvis Cocker publie un recueil de pépites enregistrées — dans une grotte et ailleurs —, sédiments de live et de sessions studio, aux accents glam-rock et discos toniques. Les pièces épiques où chœurs de voix féminines répondent au protagoniste (Must I Evolve, Sometimes I Am Pharaoh) demandent quelques écoutes pour être appréciées pleinement, mais l’univers dansant du dandy sheffieldois gagne vite les cœurs. Depuis la fin de Pulp, c’est un éternel retour, semble-t-il, pour cet incontournable de la pop britannique contemporaine. Ce sursaut-ci est réussi : Beyond the Pale est une évocation délicate et sincère à la fois des succès du passé, de son humour caustique et de l’existentialisme qui a toujours caractérisé l’œuvre de Cocker.  


Beyond the Pale

★★★★
​Rock

JARVIS, Rough Trade