Bach Redemption, Anna Prohaska

Ne cherchez pas encore le CD dans les rayons : le programme est offert en version électronique, en streaming, sur iTunes, etc. Mais il n’y avait pas lieu d’en retarder le commentaire de ce qui apparaît en tête des suggestions sur les plateformes. L’opportunisme est sa raison d’être et la précipitation, son empreinte. Enregistré en juin 2020, ce programme compile dans l’œuvre de Bach ce qui peut évoquer les derniers mois (« Il n’y a rien de sain dans mon corps », « Nous tremblons et vacillons », « La dernière heure arrive »). Tout cela est formidable sur le papier. Ne manque plus qu’une chose aux interprètes et, par ricochet, aux auditeurs : y croire. Si la COVID-19 avait été un sauna, ce disque serait son bain d’eau froide. La bande qui pose masquée n’a guère l’air heureuse de faire une musique qui s’égrène et sautille. Quant à Anna Prohaska, dont le timbre n’a jamais été un modèle de chaleur, elle distille un ennui glacial. Les quatre plages chorales (quatre voix solistes) sont douloureuses (l’alto !). Allez, on a assez souffert comme cela…


Bach Redemption - Choeur Es ist nichts gesundes an meinem Leibe

Bach Redemption

★★

Anna Prohaska, Lautten Compagney, Wolfgang Katschner, Alpha 658