Love, Priscilla, Priscilla Paris

Cette voix. Ce timbre si doux qu’on se demande si la chanteuse se rendra au bout de la chanson. Pas un filet de voix pour autant. Une voix qui a… des manques. Des notes qui ne sortent pas. Pensez à Christine Chartrand dans Mon arbre. La voix d’une chanteuse terriblement timide. Avec ses sœurs Sherrell et Charlotte à ses côtés, Priscilla Paris était soutenue, ce qui n’était pas rien sous le joug de Phil Spector. Mais une fois les Paris Sisters larguées par ce réalisateur-exploiteur trop génial pour le bien de ses interprètes, la chanteuse timide ne parvint jamais à se démarquer, de sorte que ses quelques albums en solo apparurent et disparurent bien vite. Cette compilation, enfin offerte en téléchargement, cerne le problème : elle chantait tout joliment, un peu jazzy ici, un peu folk là, mais errait, faute d’imposer un répertoire bien à elle. La découvrir, 16 ans après sa disparition, n’est pas moins un ravissement, fût-il empreint de tristesse.

Love, Priscilla. Her 1960s Solo Recordings

★★★ 1/2

Priscilla Paris, Ace Records / mp3