Hoodie Bleu Ultra, Robert Robert

On tient notre hit estival ! Il s’appelle Speak, met en vedette la voix pincée de Lia, une superbe chanson pop cadencée par un motif de basse synthétique qui mérite sa place sur les ondes radio et au bord de la piscine. Pour les mélodies accrocheuses et les rythmiques qui démangent, il a du flair, le Montréalais Robert Robert (Arthur Gaumont-Marchand) qui, après deux prometteurs EP, se risque enfin sur un premier album (quoique court, avec ses sept véritables chansons en 25 minutes). Très british dans le genre de house aux scintillants arpèges de claviers qui évoquent l’époque rave (surtout Comment faire, ses pulsions énergiques qui gardent le cap sous une averse de notes de synthés), ses mélodies qui se font remarquer comme celle de la ritournelle deep house Reste avec moi. Hoodie Bleu Ultra distille une idée très romantique des nuits blanches passées dans l’insouciance d’une foule agglutinée sur un plancher de danse, ce plaisir malheureusement toujours proscrit par la Santé publique… 

Hoodie Bleu Ultra

★★★ 1/2

Robert Robert, Nowadays Records