Monovision, Ray Lamontagne

Choix artistique longuement mûri ou réaction de survie à la pandémie, qu’importe : elle nourrit, la salade de racines de Ray. Il a tout fait seul pour ce huitième album, y compris la prise de son, le mixage, le minimum vital : douces voix en harmonie, guitares acoustiques, battement de grosse caisse pour ne pas quitter le sol, caresses à l’harmonica. « I know you’re scared ’cause / You can’t see the light / You toss and turn through the night / Holdin’me / And I’m holdin’you / And together, we’ll get through / We always do » : tout est dit, faut se tenir fort et avancer dans le noir, c’est la seule façon. Heureusement qu’on a la musique pour nous accompagner en chemin. Le temps n’est pas propice aux évasions psychédéliques de Supernova (1914) ou d’Ouroboros (2016), mais bien à des chansons qui font du bien en dedans, adoucissent la digestion, calment les nerfs tout en donnant de la bonne énergie pour la suite. En cela, c’est moins un nouvel album qu’un bon vieux remède : la proximité entre humains.  

Écoutez We'll Make It Through​

Monovision

★★★★

Americana
Ray Lamontagne, RCA / Universal