Upside Down, Buju Banton

Vous dire combien ce 13e album en carrière de l’icône Buju Banton était attendu ! Le chanteur et DJ à la voix rugissante avait été forcé au silence pendant sept ans, incarcéré aux États-Unis pour une affaire de trafic de stupéfiants  Dès son retour en Jamaïque fin 2018, il a enchaîné les singles, plusieurs d’entre eux réunis sur l’inégal (et inutilement long) Upside Down, qui, contrairement au parti pris roots du précédent Before the Dawn (Grammy de l’album reggae en 2011), étreint toutes les déclinaisons de la pop jamaïcaine, des élans gospel de Lamb of God aux pures bombes dancehall, telles que Blessed et la plus coulante Call Me, en duo avec Stefflon Don, deux des meilleures de l’album. Entre les deux, quelques offrandes new roots (Rising Up), vieux son « digital » (charmante Steppa), et d’étranges détours vers la pop moderne, comme sur Cherry Pie, collaboration plutôt réussie avec Pharrell Williams. Upside Down porte bien son nom : un disque sens dessus dessous sur lequel le « Gargamel » tente de retrouver sa voix, qui, malheureusement, semble trop souvent éteinte.

Écoutez Yes Mi Friend feat. Stephen Marley

Upside Down

★★★

Buju Banton, Gargamel Music