The Pace Setters, Edikanfo

Faut-il toujours aborder une œuvre africaine « culte » à travers l’intervention d’un Occidental ? C’est le cas ici malheureusement. À l’aube des années 1980, Brian Eno est fasciné par Fela Kuti et l’afrobeat. Après avoir produit deux albums des Talking Heads, Eno s’envole pour Accra et produira cet album précisément, The Pace Setters, brillant mélange de funk, de disco, de psychédélisme, d’afrobeat et de highlife. Il ne faut pas trop chercher la touche du célèbre musicien d’ambient dans ces six pièces, Edikanfo se suffisant à lui-même. Triste histoire que celle de ce groupe promis à un lumineux destin : l’année de la sortie initiale de ce premier opus (1981), le coup d’État de Jerry Rawlings renverse le gouvernement ghanéen et impose des règles strictes sur la vie culturelle. Ce fut la fin pour l’octet. Jusqu’à aujourd’hui. C’est au moment où on a le plus besoin de danser que Glitterbeat ressort des boules à mites ce joyau de groove et de forces vives.

The Pace Setters

★★★★
​Afrobeat

Edikanfo, Glitterbeat Records