Justifier l’esclavage, Room

La découverte du duo montréalais expérimental Room, constitué de Léo Mignault et de Jonathan Legault (aussi de Brakhage), adepte de collage audio, alimente une réflexion sur la musicalité de la parole et l’essence du flow dans le hip-hop. Une introduction robotique et envoûtante, digne des Books, met la table : la chambre dans laquelle on s’apprête à entrer n’est pas bâtie sur un modèle à angles droits, elle est sombre et rafistolée. Quoiqu’accueillante et circulaire. On la parcourt à tâtons, galvanisé par l’audace de la forme et du fond. Justifier l’esclavage, c’est une collection lo-fi un peu sinistre de sons et de mots qui met en avant différents discours glanés abordant les sources du racisme actuel au Québec, les effets de la polémique SLĀV, la couleur du hip-hop. Des loops d’un funk électronique granuleux et des morceaux de soul distante et brisée achèvent de rendre le propos tranchant. Dans une époque fragmentée, le rafistolage a parfois plus de sens que la linéarité.

Justifier l’esclavage

★★★★
​Hip-hop

Room, Indépendant