Elle dormait encore, Élie Raymond

Du groupe Foreign Diplomats par lequel s’est fait connaître le chanteur et multi-instrumentiste Élie Raymond, on retiendra d’abord son flair pour les chansons pop accrocheuses et sonadmirable souci du détail sonore. C’est ce dernier qu’explore aujourd’hui Raymond en solo : ne cherchez pas de chansons sur Elle dormait encore, que des vignettes, collages sonores, exercices de styles et de textures, rythmés ou non. Ce qui rend la proposition intéressante est d’imaginer ce qu’appliquer ces expériences à la formule indie-pop-rock de Foreign Diplomats, de transposer ces idées à un contexte de chanson, pourrait donner comme résultat. Comprenez : les compositions sont ici bien chétives, des motifs mélodiques bêtement répétés (parfois pour un bel effet, telle que sur la narcotique chanson titre), des structures qui mènent trop souvent dans un cul-de-sac. Le fil conducteur est bien mince sur cet album éclectique fait d’instruments acoustiques et électroniques traités façon lo-fi, évoquant l’atmosphère de certains albums de Bon Iver, influence avouée sur Elle dormait encore.

Écoutez l'album

Elle dormait encore

★★★
​Expérimental

Élie Raymond, Bonbonbon