Le cri du coeur de Capitaine Canada

Le compositeur Volpeur et le rappeur Capitaine Canada
Photo: Disques 7e ciel Le compositeur Volpeur et le rappeur Capitaine Canada

Robert Nelson, le 1er président du Bas-Canada et, accessoirement, membre du collectif rap Alaclair Ensemble, se sent menacé. C’est pourquoi il a mis un prix sur la tête de celui qu’il qualifie de « malfrat » et de « sans scrupule », le rappeur Capitaine Canada. Qui, à sa barbe et depuis son repaire secret, lancera demain son tout premier album, une œuvre conçue dans l’urgence de vivre et d’incarner la liberté en ces temps de confinement. Du rap subversif qui tire la langue aux tendances de l’heure, conçu avec le non moins élusif compositeur-réalisateur Volpeur. En exclusivité avec Le Devoir, Capitaine Canada a accepté de clarifier ses stupéfiantes positions socio-politico-rap qui lui valent la traque lancée par Nelson.

« Je ne peux vous révéler ma position, car je me sais recherché », prévient Capitaine Canada avec cette même voix trafiquée synthétiquement que l’on entend, de manière plus difficilement intelligible parfois, sur son premier album. Cette fois, il est clairement audible, mais plus sibyllin dans ses réponses. Êtes-vous en sécurité ? Caché au fond d’un sous-sol ou au sommet d’une tour bien gardée ? « Je dirais que je gravite entre l’underground et le mainstream », philosophe-t-il.

On en déduira qu’il est au sous-sol, puisqu’il le révèle lui-même dans la chanson Zig Zag, un duo avec FouKi : « J’veux avoir et cuire mon bacon / J’suis sorti du basement / How long I been waiting pour qu’on m’intègre / It’s been ages », rappe le Capitaine qui, sur quatorze chansons, en trente-deux minutes, s’affranchit des normes du rap et affiche son amour de la rime spontanée sur des rythmes boom-bap surannés de Volpeur.

« Volpeur, c’est un nouveau producer au style très old school », commente pour sa part Maybe Watson, invité sur la chanson Poussin Chat — enfin, invité à son insu, affirme-t-il, ayant appris seulement récemment par la maison de disque du projet, 7e Ciel, qu’un enregistrement de quelques-unes de ses rimes allait apparaître sur le disque du Capitaine.

« J’essaie d’être un super-héros », répond Capitaine Canada lorsqu’on le questionne à propos des recherches de Robert Nelson, « mais on me prend pour un illuminé. Je suis recherché parce que j’ose dire tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas. » Par exemple ? « Fuck la mondialisation, je n’ai pas honte de le dire ! C’est l’heure de revenir en arrière — pas revenir à une époque archaïque, mais retourner à la terre, à des valeurs de partage, à l’autosuffisance ». Ce qui a l’heur de déplaire au président du Bas-Canada…

Rap champ gauche

Si, au bout du téléphone avec sa voix maquillée, Capitaine Canada affiche clairement ses couleurs, sur disque, cette opposition à la mondialisation prend une forme, disons, plus métaphorique, la plume trempée dans le jus de cadavre exquis. Ainsi, le retour en arrière s’exprime dans des productions qui sentent bon le rap champ gauche de la fin des années 1990, celui de J-Dilla, Madlib et MF DOOM — exception faite de l’étrange rap à pitons Work it Out, saut de puce dans un futur sonore qui revient tout de même sur une autre de ces séquences échantillonnées de bon vieux soul qui embaument tout l’album.

Les délires enfumés abondent au détour de chaque couplet, mais on accroche surtout sur le regard que le Capitaine porte sur la crise sanitaire que l’on vit, et qui trahit l’urgence dans laquelle fut enregistré ce projet : « Si t’étais là, ce serait tough de rester à plus de deux mètres / La vie me rend la tâche facile, tho’/ On va s’revoir bientôt, quand ? Idont know / Peut-être que j’serai dans ‘quarantaine / J’anticipe des weirds semaines qui s’répètent », l’entend-on clamer sur Copenhague.

« Au début de la pandémie, je capotais : je pensais que tout le monde allait mourir », commente Capitaine Canada, qui confirme avoir ressenti l’urgence de créer ce premier album durant la crise : « La poésie, c’est mon dernier recours, ma dernière chance de dire tout ce que j’ai à dire. Ce sera ma vraie empreinte sur l’histoire de l’humanité. » Fans d’Alaclair Ensemble, de Rednext Level et de Eman X VLooper, tendez l’oreille…

À voir en vidéo

Capitaine Canada

Capitaine Canada, Disques 7e Ciel, Sortie le 15 mai