Cancionero de palacios, Jérôme Minière

Le « Chansonnier de Palacio » est un répertoire des œuvres d’une cinquantaine de compositeurs espagnols de la Renaissance qui sert de matière première, librement adaptée, à Jérôme Minière pour ce minialbum « préparé avec amour à la maison », confinement oblige. Joli prétexte pour que le Montréalais renoue avec la sensibilité ambient de son alter ego de 2001, révélée sur l’album Jérôme Minière présente Herri Kopter : cinq belles interprétations de ces airs ancestraux aux grooves contemporains, aux guitares postrock scintillant d’effets de studio. Une brise souffle sur Al Alba Venid, en ouverture, jusqu’à ce que des percussions programmées donnent du ressort aux motifs de guitares électriques ; sur l’hypnotique En El Servicto De Vos, Minière chipe à Sufjan Stevens les guitares qu’il utilisait sur Carrie & Lowell pour tisser ce quasi-house électrique, tandis que des grooves pop-rock aux percussions acoustiques dynamisent Amor Que Grand Porfia et la plus complexe Harto de Tanto Porfia. « C’est gratuit, c’est un cadeau ! » spécifie le musicien, qu’on remercie chaleureusement.

Cancionero de palacios

★★★ 1/2
​Instrumental

Jérôme Minière, Indépendant