Earth, EOB

Avec son premier album solo, le guitariste Ed O’Brien jette par la fenêtre les attentes que les fans auraient de la part d’un membre de Radiohead. Inspiré par le son de Primal Scream et, surtout, par un long séjour passé au Brésil, le guitariste, compositeur et interprète offre neuf chansons désarmantes de simplicité et d’authenticité — tout le contraire de l’œuvre de son groupe. Pas de concept, pas d’explorations musicales risquées, que du plaisir (qui s’entend dans la chute de studio concluant le long groove Olympik) exprimé par un groove rock aux lustrés effets dub (Brasil, Mass) et de belles, quoique parfois un brin fades, chansons pop acoustiques évoquant Caetano Veloso ou Jorge Ben (Long Time Coming, Sail On). O’Brien se révèle un chanteur au ton placide mais chaleureux à la plume naïve, attendrissante et parfois cynique, comme sur Bankster. Adrian Utley (Portishead), Glenn Kotche (Wilco), Flood et la lumineuse Laura Marling contribuent à l’enregistrement de l’album — cette dernière apparaissant en duo sur la jolie Cloak of the Night.

Écoutez Olympik

Earth

★★★
Pop

EOB, Capitol