Décès du pianiste Ellis Marsalis

Le pianiste et enseignant  émérite du jazz Ellis Marsalis lors d’un concert en 2019, dans le cadre  du Festival Jazz & Heritage de La Nouvelle- Orléans
Sophia Germer Associated Press Le pianiste et enseignant émérite du jazz Ellis Marsalis lors d’un concert en 2019, dans le cadre du Festival Jazz & Heritage de La Nouvelle- Orléans

Le musicien de jazz Ellis Marsalis, patriarche d’une famille de grands noms du jazz, est décédé mercredi à l’âge de 85 ans, après avoir contracté le coronavirus, a annoncé son fils Branford.

Ce pianiste et enseignant, qui a figuré sur des dizaines d’albums au long d’une carrière de plusieurs décennies, est le père du trompettiste Wynton et du saxophoniste Branford Marsalis.

« C’est avec une grande tristesse que j’annonce le décès de mon père, Ellis Marsalis Jr., à la suite de complications du coronavirus », a déclaré son fils Branford dans un communiqué publié sur son site Internet, ajoutant qu’il avait été hospitalisé samedi. « Mon père était un géant dans la musique et l’enseignement, mais un père encore plus grand, a déclaré Branford. Il a mis tout ce qu’il avait pour nous permettre de développer le meilleur de nous-mêmes. »

De son côté, Wynton Marsalis a publié sur Twitter des photos de lui-même avec son père, avec en guise d’épitaphe : « Ellis Marsalis, 1934-2020. Il est mort comme il a vécu : en acceptant la réalité. »

Né à La Nouvelle-Orléans, centre du monde du jazz, en novembre 1934, Ellis a enregistré avec Cannonball et Nat Adderley, Marcus Roberts et Courtney Pine.

En plus d’avoir été un mentor pour ses fils, Wynton et Branford, devenus deux des plus célèbres musiciens de jazz, il s’est impliqué dans le New Orleans Center for Creative Arts, l’Université de New Orleans et l’Université Xavier de la Louisiane.

Le club new-yorkais Jazz at Lincoln Center, dont Wynton est le directeur général et artistique, a déclaré « dire adieu, avec tristesse et le cœur lourd, à Ellis Marsalis, un des artistes et professeurs de musique les plus renommés de son temps et de tous les temps ».

Dans un communiqué, la mairesse de La Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell, a déclaré à propos de l’homme qui a continué à se produire régulièrement jusqu’en décembre : « Ellis Marsalis était une légende. Il était l’exemple de ce que nous voulons dire lorsque nous parlons du jazz de La Nouvelle-Orléans. Il était un enseignant, un père et une icône — et les mots ne suffisent pas pour décrire l’art, la joie et l’émerveillement qu’il a montrés au monde. »

Le décès d’Ellis Marsalis représente une troisième perte importante pour le monde du jazz en une semaine, s’ajoutant à la mort du saxophoniste africain Manu Dibango et à celle du trompettiste Wallace Roney, également tombés après avoir contracté la COVID-19.