Votre carnet de concerts de la fin de semaine (II)

Photo: Stephan Rabold

Pour cette seconde édition de notre sélection hebdomadaire des offres musicales sur Internet, le choix s’est encore élargi. Surtout, à l’accessibilité des archives de tous ordres s’ajoutent désormais des initiatives de diffusion de musique en direct spécifiquement organisées pour un streaming sur Internet.

Avec l’initiative Music Never Sleeps NYC, New York donne ce vendredi le coup d’envoi à une nouvelle phase de la musique vivante à l’ère de la COVID-19. Concocté par le violoncelliste Jan Vogler, ce marathon de diffusions en direct de 24 heures en continu débutera à 18 h. Parmi plus de trente participants, on trouve les violonistes Gil Shaham, Joshua Bell, Benjamin Beilman et Midori, les pianistes Jeremy Denk, Inon Barnatan, Alessio Bax et le contre-ténor Anthony Roth Costanzo.

Music Never Sleeps ne sera pas fini que débutera à Berlin le World Piano Day Concert. Organisé par Deutsche Grammophon (DG), ce concert débutera à 10 heures, heure de Montréal, samedi matin et réunira des vedettes telles que Daniil Trifonov, Evgeny Kissin, Víkingur Ólafsson, Jan Lisiecki, Rudolf Buchbinder, Kit Armstrong, ainsi que Joep Beving et Simon Ghraichy. Pour l’occasion, Maria Joao Pires sortira même de sa retraite ! L’événement sera accessible en direct, puis « pendant un temps limité » en différé. Le canal DG de YouTube permet aussi de voir des concerts quotidiens du violoniste Daniel Hope. Ce type de « concerts à domicile » sur des chaînes YouTube ou pages Facebook se multiplie exponentiellement. Restez à l’affût de vos artistes préférés sur les médias sociaux.

Deux fois La mer par Yannick

Le concert choisi par l’OSM et diffusé dès ce vendredi soir est le Concerto Empereur de Beethoven avec Maria Joao Pires et Kent Nagano, un enregistrement de 2016. L’Orchestre Métropolitain nous transportera à Paris en décembre 2017 pour revivre le Concerto pour violoncelle d’Elgar, le Concerto pour la main gauche de Ravel et La mer de Debussy avec Yannick Nézet-Séguin, Stéphane Tétrault et Alexandre Tharaud. Le concert de l’OSM sera accessible jusqu’à lundi, celui de l’OM pendant une semaine.

Les plus curieux ne rateront pas l’occasion de se précipiter sur le plus beau et le plus efficace de tous les sites, le Digital Concert Hall du Philharmonique de Berlin pour dénicher au sein du concert du 15 février 2019, La mer, dirigée par Yannick Nézet-Séguin, afin de voir comment un orchestre module une interprétation d’un chef. Puisque vous y serez, profitez-en pour découvrir les diverses prestations du chef québécois à Berlin.

Vous avez peut-être encore d’autres prestations de Kirill Petrenko à écouter ? La 6e de Mahler par exemple. En parlant de Mahler, vous pouvez faire connaissance avec Lorenzo Viotti, qui a fait si forte impression à Montréal en novembre dernier. Il faisait ses débuts avec la 3e Symphonie il y a quelques semaines. Autres débuts fracassants : Teodor Currentzis avec le Requiem de Verdi. Attention ! Pour profiter du mois gratuit sur ce site musical de référence, vous n’avez que jusqu’au 31 mars pour vous inscrire.

Une bonne idée serait de découvrir Pelléas et Mélisande de Schoenberg qui devait être dirigé à Montréal par Louis Langrée qui l’avait largement évoqué dans Le Devoir. Plutôt que la filandreuse version Thielemann à Berlin, rendez-vous en Norvège, à Bergen où l’orchestre capte tous ses concerts en vidéo. La direction fluide d’Edvard Gardner et l’incrustation de sous-titres définissant les sections et thèmes facilitent l’approche. Cet orchestre est splendide et son site une pépite.

L’équivalent de Bergen en Amérique du Nord est l’Orchestre symphonique de Detroit, qui (quelle occasion gâchée à Montréal lors de la construction de la Maison symphonique !) archive tout. Spécificité de Détroit : depuis 2018, l’institution filme en 4K. Si vous avez une connexion Internet adéquate, c’est donc là que vous aurez la meilleure image. Faites connaissance avec le site en découvrant leur nouveau directeur musical désigné : Jader Bignamini, inconnu au bataillon avant sa nomination.

Dernier point : le Symphonique de Londres (LSO) s’est mis sur ce marché avec LSO Always Playing. Les concerts, les dimanches et jeudis, ne sont visibles qu’en streaming. La solution est de profiter du partenariat avec Stingray Classica : le site Internet de Stingray (incompatible avec le fureteur Firefox, mais efficace avec Chrome par exemple) offre un mois gratuit avec le code « freeview ». Tous les concerts s’y trouvent sans attendre, accessibles par l’outil de recherche, une loupe sur la gauche. Attention ! La gratuité ne s’applique pas à la réception de Stingray Classica par câblo-opérateurs.

Pour les amateurs d’opéra

L’Opéra de Paris, qui avait garanti par écrit au Devoir une accessibilité mondiale de Don Giovanni, a failli à sa promesse lundi. Face à nos récriminations, la situation est corrigée depuis mardi après-midi et le spectacle visible jusqu’à dimanche. Cela dit, la qualité de diffusion (image) est inférieure à celles de Vienne, New York, Berlin et Munich.

Vienne ayant interverti deux représentations de La Cenerentola, celle tant attendue dirigée par Jean Christophe Spinosi devrait donc encore être accessible ce vendredi dans la journée et vaut le détour. Sinon, Noces de Figaro (très belle production de Jean-Louis Martinoty) et Crépuscule des dieux forment le menu. À Munich, vous attend une mise en scène raide du Trouvère, mais avec une superbe direction de Kirill Petrenko et une Diana Damrau à son meilleur. À Berlin, on peut éventuellement tester, samedi, Macbeth dans une mise en scène de Harry Kupfer avec Anna Netrebko et Placido Domingo. Mais le meilleur est à New York avec les Maîtres chanteurs de Wagner, Tannhäuser suivant dimanche.