Soft Focus, YlangYlang

Un disque de fond de tiroir, un ramassis de compositions qui ne correspondent pas à l’esprit du prochain album sur lequel Catherine Debard, alias YlangYlang, travaille présentement. Sept morceaux sans prétention, lâchés lousses sur la Toile comme une offrande aux fans, ayant aussi pour fonction de faire baisser son anxiété durant « cette étrange phase transitoire » qu’est la quarantaine que la musicienne s’est imposée. Moins charnu que l’album Interplay lancé par Debard il y a deux mois, Soft Focus s’élance en territoires ambient (Innermost Luster) avec des synthés paisibles qui, au bout de quelque huit minutes, s’enfoncent dans le chaos, pour ensuite explorer des textures sonores méticuleuses et volatiles sur Pebbles of Fog. Plus loin, sur Elemental, un objet trouvé dans la rue sert d’instrument percussif pour une étude électroacoustique avant que la compositrice ne retourne avec de curatives et lumineuses nappes synthétiques sur Falling Over Everything et Now Time & Land. À écouter et à télécharger sur sa page Bandcamp.

Soft Focus

★★★ 1/2
​Expérimental

YlangYlang, indépendant