grae part 1, Moses Sumney

Au Québec, l’auteur-compositeur-interprète soul Moses Sumney s’est surtout fait connaître pour avoir annulé son concert prévu au Festival international de jazz pendant ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire SLĀV ». Trois ans après son premier album (Aromanticism), il fait une véritable démonstration de force sur cet album double dont, curieusement, il ne dévoile pour l’instant que 12 des 20 chansons. C’est incomplet, mais c’est déjà formidable : une vision musicale encore plus qu’une belle voix, le musicien californien proposant un répertoire richement écrit et orchestré trouvant un équilibre entre gospel, R&B, pop baroque, rock, jazz et musiques électroniques d’avant-garde. Éclaté, mais totalement cohérent, même lorsque l’épique rock à violons de Virile plonge, deux chansons plus tard, dans l’avant-garde revendicateur de Boxes — le titre soulignant combien Sumney refuse de s’y faire enfermer — pour aboutir dans le jazz avec Gargarin et une voix de crooner trafiquée, puis le cool jazz moderne de jill/jack. græ part 1 est un puzzle musical intelligent dont il nous manque encore quelques morceaux, attendus le 15 mai.

grae part 1

★★★★
​Expérimental

Moses Sumney, Jagjaguwar