Dark Matter, Moses Boyd

La capitale britannique ne cesse d’insuffler de nouvelles idées sur la scène jazz contemporaine. Le jeune compositeur, chef d’orchestre (The Exodus) et batteur Moses Boyd s’est déjà établi comme l’un des batteurs les plus prolifiques et demandés à Londres, et ce deuxième album expose plus clairement ses deux sources d’inspiration, le jazz contemporain métissé de musiques d’Afrique (l’afrobeat sur BTB, les rythmes d’Afrique du Sud sur la splendide Y.O.Y.O.), développé surtout sur la face A, et les musiques électroniques. Dès Shades of You (avec la belle voix soul-jazz de Poppy Ajudha), les musiques de basse de l’underground londonien remontent à la surface ; la nébuleuse Only You et, surtout, 2 Far Gone sont de superbes exercices de fusion entre le jazz et le UK garage, qui poursuivent l’expérimentation soul-garage de Nommos Descent. Un parfait alliage d’instrumentation synthétique et d’interprétation jazz.

Dark Matter

★★★★
​Jazz

Moses Boyd, Exodus