Workaround, Beatrice Dillon

Quel bel ovni ! La compositrice et DJ londonienne Beatrice Dillon arpentait depuis quelques années déjà l’underground avec son techno rêche et subtilement funky, mais personne n’attendait ce singulier premier album intitulé Workaround. Une œuvre complexe, inventive et surtout impossible à étiqueter, sinon peut-être durant le premier tiers du disque (Workaround 3, 4 et 5), où la musicienne évoque élégamment le dub techno minimaliste de Pole, à cette nuance près : les sons électroniques, rythmes et ponctions de basses, sont assemblés avec ceux des instruments acoustiques joués par ses amis, tablas, violons, cuivres (donnant un souffle jazzé à Workaround 2), kora, la voix aussi, celle de Laurel Halo sur Workaround 2. Rarement pour fournir des phrases mélodiques définies, surtout pour la richesse sonore des notes jouées, qui bondissent dans le vide créé par ces structures rythmiques méticuleuses, parfois frénétiques, mais aérées. Entre les notes et les sons, Dillon nous invite à faire courir notre imagination.

Workaround

★★★★
Électronique

Beatrice Dillon, PAN