André Mathieu, Alain Lefèvre et Hélène Mercier

Ce n’est pas que le filon André Mathieu soit vraiment inépuisable, mais visiblement, on peut l’étirer… Ce nouveau Lefèvre-Mathieu, enregistré avec Hélène Mercier, a quatre avantages : la réunion de trois partitions incontestablement représentatives, de superbes pianos bien captés, un éditeur international qui peut amener de nouveaux adeptes à la verve mélodique de Mathieu et des pianistes qui mettent du cœur à l’ouvrage. La grande question est : pourquoi se priver des versions orchestrales et écouter cette musique à deux pianos, d’autant plus que la création d’atmosphères n’est pas le fort de nos duettistes ? À cela se greffe un problème plus fondamental à deux pianos : les passerelles entre les divers (magnifiques) thèmes, puisque la foisonnante musique de Mathieu n’est pas construite de manière très orthodoxe. Et, là, les arrangements d’Achilleas Wastor réservent quelques moments presque gênants. Le passage entre 4 min 17 s et 5 min 27 s de la Rhapsodie est très éloquent à cet égard. Rien n’a changé sous le ciel de Mathieu, donc.

 

André Mathieu — Rhapsodie romantique

André Mathieu

★★ 1/2
Classique

Alain Lefèvre et Hélène Mercier (pianos), Warner, 0190295488666